Les énigmes plastiques de King Emmanuel

Il ne porte pas de couronne, ne possède pas de royaume… pourtant King Emmanuel règne, à travers sa peinture, sur un monde en deux dimensions, tout en aplats de couleurs vives. Ses peintures révèlent chacune, à travers une composition graphique énigmatique, un thème qui lui est cher. Gros plan sur une valeur montante de la peinture guinéenne, dont les toiles seront visibles au CCFG du 10 au 30 mai.

C’est non loin du rond-point d’Hamdallaye, dans le secteur du Petit Lac, que King Emmanuel s’est installé. Ici, dans la moitié de container qui lui sert d’atelier et de point de vente quelques tableaux colorés sont accrochés. Pas beaucoup mais tant mieux pour lui, « il en a pas mal vendus récemment ».

Emmanuel Delamou, c’est son nom, est artiste peintre. Chanteur aussi, mais l’album qu’il a préparé reste pour l’instant dans un tiroir, en attendant un agenda plus favorable. Plus surprenant, Emmanuel est aussi titulaire d’une licence de biologie appliquée, obtenue au Centre Universitaire de Labé. Là-bas, c’est lui qui se chargeait de la réalisation des croquis de biologie pour ses amis. Car Emmanuel a toujours aimé dessiner, fasciné par le réalisme de certaines peintures qui se rapprochaient de photographies. C’est dans un cabinet d’art, GA Plus, qu’il va se former le soir après l’école. Revenu à Conakry, dont il est originaire, il décide de faire de la peinture son métier.

Il s’attèle à la tâche, et comme beaucoup d’artiste peintres guinéens, s’exerce à différents styles: traditionnel, réaliste, abstrait. Mais c’est sa rencontre avec le cubisme de Pablo Picasso, dont il recherche et découvre les oeuvres sur internet qui marque un virage dans sa peinture : il cherche à innover, et à adapter ce qu’il découvre à la culture guinéenne. En résultent des tableaux aux formes simplistes, arrondies et épurées, et aux couleurs bariolées qui réussissent à s’inscrire dans la lignée de ce qui se fait en Guinée, sans pour autant avoir l’air déjà vu. Son cubisme à lui crée une énigme. C’est ce qui lui plait ; son tableau devient un objet à déchiffrer devant lequel on se perd et se laisse porter.

D’une manière générale, King Emmanuel ne conçoit pas l’art uniquement comme une fin en soi, mais comme un moyen, à la fois d’extérioriser ses émotions mais aussi de véhiculer des messages au public. La mauvaise gouvernance, la maltraitance des enfants, la passion ou la famille, il parle de ce qu’il observe dans la société, de ce qui lui plait, de ce qui lui plait moins. La peinture est pour lui le seul moyen d’exprimer cela.

S’il a déjà fait quelques expositions en Guinée, celle qu’il présente au CCFG sera la première d’envergure. Nous vous attendons donc nombreux le jeudi 10 mai pour le vernissage de l’exposition, qui se tiendra jusqu’au 30 du même mois, pour découvrir l’univers de King Emmanuel. Et pourquoi pas acquérir une de ses toiles !

VERNISSAGE LE JEUDI 10 MAI A 18H

EXPOSITION VISIBLE JUSQU’AU MERCREDI 30 MAI