Théâtre – La Tragédie de Tondon

Il était une fois… La tragédie de Tondon

 

La Compagnie Nimitè dresse pour la première fois sur scène, le portrait de cette anonyme, devenue héroïne, et rappellent ainsi le rôle primordial joué par les femmes dans la lutte d’indépendance de la Guinée.

 

Nous sommes en 1955, quelque part à Tondon, une localité située à l’ouest de la Guinée dans la préfecture de Dubréka. Un moment clé de l’histoire de l’indépendance du pays est sur le point de s’écrire, à travers un tragique événement. M’Balia Camara, une jeune fille engagée dans la lutte contre la colonisation, est éventrée d’un coup de sabre volontaire du Chef de canton Almamy David Sylla, alors qu’elle est en état de grossesse avancée. Quelle est la chronologie qui a conduit à ce geste épouvantable qui scelle pour toujours son destin avec celui de son pays? C’est cette histoire, injustement méconnue, que la compagnie Nimitè a choisi de transposer sur une scène de théâtre, en collaboration avec le Ballet de la Commune de Matam et que le CCFG a souhaité mettre en valeur à l’heure des célébrations du soixantième anniversaire de l’indépendance de la Guinée.

Son metteur en scène s’explique : « Nous avions très envie de raconter l’histoire de cette héroïne de 25 ans. Elle militait alors auprès de son époux pour le Rassemblement Démocratique Africain (RDA) de Sékou Touré, mais c’est elle qui est entrée dans l’histoire. En choisissant de la mettre, elle, dans la lumière, nous éclairons d’un jour nouveau ce combat pour l’indépendance du continent africain, et rappelons que les femmes ont joué un rôle primordial, parfois au sacrifice de leurs vie, dans cette lutte. »

 

« La tragédie de Tondon » est la première pièce de théâtre consacrée à ce personnage et à ce moment particulier dans le processus de décolonisation de la Guinée. Raconter la grande Histoire de ce pays, avec un grand « H », à travers la petite histoire, voilà ce que cherche également à faire la Compagnie Nimitè. La passion, la bravoure du personnage principal, ou encore le déroulement tragique de cet effroyable épisode sont autant d’éléments à exploiter sur scène pour permettre de mieux appréhender un chapitre historique de ce pays. Les spectateurs se projettent ainsi mieux dans le contexte, et en touchant ainsi du doigt la réalité des choses, paradoxalement, prennent un plus grand recul sur les grands enjeux historiques de cette époque là.

 

JEUDI 25 et VENDREDI 26 NOVEMBRE – 19h30

TARIF UNIQUE : 40 000 GNF